passion Templiers Index du Forum
Pierre de Montaigu - 1129-1232..................

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    passion Templiers Index du Forum -> passion Templiers -> Les Grands Maîtres de l'Ordre ....
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ptitjaguar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2008
Messages: 103

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 20:41 (2009)    Sujet du message: Pierre de Montaigu - 1129-1232.................. Répondre en citant

Il reste à Damiette suffisamment de Templiers pour former un chapitre de l'Ordre, et Pierre de Montaigu, Percepteur de Provence et d'Espagne, est élu. À noter que le Grand Maître des Hospitaliers s'appelle, lui, Guérin de Montaigu.

Une conspiration, dans le camp musulman, provoque la défection de plusieurs émirs et de leurs soldats. L'avant-garde de l'armée croisée peut franchir le Nil, mais elle se heurte aux troupes des sultans de Damas et du faire, qui ont emprisonné les émirs félons. La débâcle est évitée de justesse grâce à la bravoure des trois Ordres du Temple, de Saint-Jean et Teutonique qui forment, face aux Sarrasins, un mur d'airain qui couvrait les soldats chrétiens (Matthieu Pâris, 1219). Le siège, à nouveau, s'enlise.

On annonce l'arrivée prochaine de Frédéric II, empereur d'Allemagne. Le sultan du Caire envoie des émissaires faire des offres de paix : il propose de rendre aux Chrétiens le bois de la vraie croix (qui avait pourtant été enterrée dans le désert par un Templier!), de céder la ville (dont il est prêt à rebâtir les remparts) et le royaume de Jérusalem, et tous les prisonniers chrétiens vivants en Syrie et en Égypte...

Les chefs chrétiens se réunissent, pour en discuter, plutôt favorablement : Jérusalem libérée, c'est le but ultime de la croisade... Mais c'est compter sans le légat Pélage, qui s'y oppose farouchement : abandonner Damiette, ce serait se déshonorer! Le sultan, selon lui, ne négocie que pour gagner du temps... Le Grand Maître du Temple se rallie au légat, suivi par d'autres. La majorité décide de poursuivre la guerre.

Un mois plus tard, Damiette tombe sans combattre. Les croisés, une nuit, ont tenté un assaut, et n'ont pas trouvé de résistance. Ils ont ouvert les portes de la ville : elle n'est peuplée que de cadavres.

Sur les 80 000 habitants que comptait la ville au début du siège, il n'en reste que 3 000. Jacques de Vitry, chroniqueur de cette croisade, achète un grand nombre d'enfants en bas âge, pour les faire baptiser, mais plus de cinq cents moururent peu après, apparemment de la famine qu'eux ou leurs mères avaient soufferte.
L'armée croisée, fidèle à la lamentable stratégie des Francs en Terre Sainte, ne profite pas de son avantage pour pousser aussitôt jusqu'au Caire.
Jean de Brienne, qui n'en peut plus de l'autorité tatillonne du légat Pélage, s'en retourne en Palestine avec ses troupes.

Des contingents de croisés, estimant aussi que l'aventure a assez duré, retournent en Europe. Pélage, bien qu'il ait reçu d'autres renforts, est obligé de prier Jean de Brienne de revenir prendre la tête de l'armée chrétienne pour marcher sur Le Caire. Le roi de Jérusalem finit par accepter, mais presque deux ans ont passé, et le sultan a eu le temps de préparer sa défense.
Le Nil, dont il connaît les crues, vient à son secours : il fait ouvrir les digues en amont, et le fleuve noie le camp français! Pélage en est réduit à capituler, à rendre Damiette au sultan, et à accepter une trêve de huit ans. Pélage, qui, bien que vaincu, ne veut par repartir les mains vides, insiste sur la restitution de la vraie croix. Le sultan est prêt à la lui laisser, mais il est incapable de la lui remettre: ses prédécesseurs l'ont perdue !
Les Templiers profitent de la trêve pour quitter la Terre Sainte et aller combattre en Espagne contre les Maures.
Frédéric II, empereur d'Allemagne, est rendu responsable de la débâcle de Damiette, pour n'être pas arrivé assez vite avec ses secours. Damiette est à nouveau musulmane qu'il n'est d'ailleurs toujours pas parti !

Le pape pour le stimuler lui propose d'épouser Yolande, fille et héritière du royaume de Jérusalem, avec l'accord des Grands Maîtres des trois Ordres, venus en Italie délibérer des suites de cette croisade malencontreusement commencée. Frédéric accepte et Yolande et le royaume, qu'il s'engage à défendre. Il propose même d'être excommunié s'il ne tient pas ses promesses ! Il exige, en outre, après son mariage en 1225, que Jean de Brienne lui abandonne immédiatement sa couronne de roi de Jérusalem. Ce que son beau-père accepte, avant de parcourir l'Europe en compagnie des Grands Maîtres pour y prêcher la poursuite de la croisade et quêter ses subsides. En France, le Grand Maître des Templiers reçoit le legs que Philippe-Auguste a fait à l'Ordre en mourant.

Les croisés sont rassemblés à Naples quand arrive la nouvelle de la mort d'Honorius III, le 18 mars 1227 : comme son prédécesseur, le pape est mort alors que les croisés embarquent... Son successeur, Grégoire IX, est élu le lendemain.

40 000 hommes prennent la mer derrière Frédéric II. Mais il tombe malade pendant une tempête, et revient en Italie. Grégoire IX, en conséquence, l'excommunie pour parjure. Et lorsqu'il reçoit de Palestine des lettres désolées des prélats, qui ont attendu en vain le passage du mois d'août (le voyage en Terre Sainte, aller comme retour, se fait deux fois par an, à la fin de l'hiver, et à la fin de l'été), Grégoire IX confirme l'excommunication. Les partisans de l'empereur, nombreux en Italie, en chasse Grégoire IX de Rome.

Ils s'attaquent aussi aux Templiers, dé voués au Saint-Siège. Les biens templiers et hospitaliers, en Sicile, sont pillés. Mais les Templiers et Hospitaliers laissent faire: ils s'interdisent de tirer l'épée contre des chrétiens !
Le bruit de ces démêlés étant parvenu jusqu'au sultan d'Égypte (aux prises avec son frère, sultan de Damas), ce dernier propose à Frédéric de lui livrer Jérusalem. Frédéric II, au moment où le pape le présente comme l'ennemi de la chrétienté, saisit cette opportunité pour apparaître comme le nouveau défenseur des Lieux Saints et annonce son départ pour Jérusalem dont le pape l'a nommé roi.
La farce continue: le pape lui envoie alors des émissaires pour lui interdire de partir sans s'être fait absoudre de son excommunication ! Frédéric II passe outre, et débarque à Saint-Jean d'Acre le 8 septembre 1228, où Templiers et Hospitaliers, malgré les humiliations de Sicile, lui rendent les hommages dus à son rang impérial.
Mais quelques jours plus tard, deux franciscains envoyés par le pape arrivent avec l'ordre de dénoncer publiquement Frédéric II comme excommunié.
Aussi, lorsque l'empereur propose aux ordres militaires de l'escorter jusqu'à Jérusalem, les Grands Maîtres sont-ils forcés de refuser, à l'exception des Teutoniques, dont Frédéric va faire sa garde prétorienne.
Mais Templiers et Hospitaliers, inquiets de la faiblesse de l'armée impériale (800 chevaliers et 8 000 fantassins), la suivent à distance, prêts à intervenir. Finalement, la fraternité des armes l'emporte sur les exigences papales, et c'est ensemble qu'ils arrivent à Jaffa.
Frédéric envoie des émissaires au sultan d'Égypte, qui tergiverse. Mais Frédéric est pressé. Le pape vient de lever une armée contre lui, en Italie, à la tête de laquelle il a mis Jean de Brienne.
Le beau-père, ancien roi de Jérusalem, s'attaque aux possessions napolitaines de son gendre, tandis que l'excommunié traite avec les Infidèles...
Je suis ton ami, écrit-il au sultan, c'est toi qui m'as incité à faire ce voyage. Maintenant le pape et tous les rois d'Occident sont au courant de ma mission. Si je revenais les mains vides, je perdrais toute considération à leurs yeux. De grâce, donne-moi Jérusalem, que je puisse garder la tête haute ! Le 20 février 1229, un traité est signé : Jérusalem, Bethléem, Nazareth, Sidon et tous les villages sur la route de Jaffa à Jérusalem sont cédés à Frédéric qui, de son côté, laisse la mosquée d'Omar aux musulmans pour qu'ils y exercent librement leur culte.
Chaque camp accuse sont chef d'avoir trahi sa religion. Les Templiers font chorus: comment tolérer qu'une mosquée voisine avec le Saint-Sépulcre ?
Frédéric II, certes d'un caractère difficile, mais sans doute l'un des esprits les plus libres de son temps (il osera dire, au grand dam du clergé, que si Jésus-Christ avait connu la Sicile (où il a été élevé), il n'aurait pas choisi l'aride Palestine pour y naître !) laisse dire et se rend à Jérusalem.
Avec les Teutoniques pour seule escorte, il entre dans le Saint-Sépulcre vide, prend lui-même la couronne sur l'autel et se proclame roi de Jérusalem, sans cérémonie religieuse. Il n'y reste que deux jours, puis s'empresse de revenir à Saint-Jean d'Acte, d'où il embarque pour l'Italie, afin d'y vaincre l'armée pontificale. De négociations en négociations, il finira, lui, le prince dont la tolérance religieuse a choqué même ses alliés arabes, par se soumettre au pape et par promettre de rendre aux Templiers et aux Hospitaliers les biens qu'il leur a enlevés.
Mais, comme à son habitude, il fera traîner les choses, et ce sont ses héritiers qui, à sa mort, répareront les spoliations de ce fugitif roi de Jérusalem.
Les seuls défenseurs du royaume et des pèlerins qui s'y aventurent restent les Templiers et les Hospitaliers, les Teutoniques ayant suivi Frédéric II en Italie, avant d'aller s'installer en Prusse.
Frédéric II (qui parle six langues, dont le provençal et l'arabe, mais, paradoxe, pas l'allemand) va réformer l'Ordre et en faire, avec le concours du Grand Maître Hermann von Salza, son ami et conseiller, le fer de lance de la politique d'annexion germanique dans l'Est de l'Europe, de la Prusse à la Pologne, de la Hongrie à la Russie.
Les Templiers, eux, en Espagne, continuent leur épopée guerrière: ils font la conquête des îles Baléares en 1230, sous la conduite du roi Jacques d'Aragon qui, lorsqu'il désigne son fils Alphonse pour héritier, leur donne pour tuteurs les Maîtres du Temple et de l'Hôpital en Aragon.
Pierre de Montaigu, qui a obtenu du pape le droit d'ignorer la tutelle du Patriarche de Jérusalem cesse d'être Grand Maître du Temple en 1232, soit par démission, soit par mort.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 19 Déc - 20:41 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    passion Templiers Index du Forum -> passion Templiers -> Les Grands Maîtres de l'Ordre .... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Legend Template designed by BrideXIII
passion Templiers Index du Forum FAQ Rechercher Profil S’enregistrer Groupes Membres Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion